« Avec son look rétro et ses clips cinématographiques, il insuffle à la chanson française un on-ne-sait-quoi de décalé qui n’est pas pour nous déplaire » (Télérama Sortir)
« Il y a ce coté pop ultra classe, léché, perfectionniste » (RifRaf / BE)
« Un vrai sens de la mélodie » (Francofans)
« A la fois élégant et léger » (Longueur d’Ondes)
« Pop discrète et élégante, qui n’est pas sans rappeler Etienne Daho » (Bassiste Mag)
« Porté par l’entraînant Miroir, qui est la plus belle ?, l’album fourmille de références cinématographiques » (Le Télégramme / 29)
« Cogner à nos cœurs pour y faire entrer grand sa pop » (Nice-Matin / 06)
« La musicalité est inventive » (Idem / 34)
« Exemplaire car ici tout s’enchaîne en cohérence, fluide » (Nos Enchanteurs)
« Entre espoir et réelle conscience, optimisme et fatalisme, le verbe de Gibert trouve sa juste place » (Muzzart)
« De la pop, noble mais pas si sentimentale que cela » (Froggy’s Delight)
« Ordinaire au premier abord, et sublime si l’on si penche un peu plus longtemps » (LaMagicBox)
« Un point d’équilibre entre la diversité et la qualité » (Zicazic)
« Ses chansons sont plus riches à chaque écoute » (Etat-Critique)
« Une belle réussite » (POPnews)
« Gibert s’élève facilement au-dessus du tout venant » (Benzine)